Raisons pour lesquelles la croissance importe

Pendant longtemps, l’économie du Nouveau-Brunswick était inférieure à celle du reste du Canada.

 

En 1960, le revenu personnel par habitant au Nouveau-Brunswick était inférieur de 40 % par rapport à la moyenne canadienne. En 1976, 15,5 % des Néo-Brunswickois avaient de bas revenus. La province a régulièrement souffert de taux de chômage supérieurs à la moyenne nationale.

Au cours de la seconde moitié du vingtième siècle, le Nouveau-Brunswick a progressé lentement, mais régulièrement quant à la croissance de son économie. Mais, comme le reste du monde, le Nouveau-Brunswick a heurté le mur de la crise économique mondiale de 2008. Les marchés des valeurs mobilières se sont effondrés, des projets majeurs d’immobilisations ont été mis en suspens, le dollar canadien a chuté et les exportations ont souffert. La récession a frappé durement le Nouveau-Brunswick. Entre 2008 et 2014, le produit intérieur brut (PIB) du Nouveau-Brunswick déclinait de 0,1 % alors que chez nos voisins, en Nouvelle-Écosse, il s’accroissait de 9 %.

La récession a empiré les problèmes démographiques émergents de la province – aujourd’hui près de 20 % de la population du Nouveau-Brunswick se compose d’aînés, et ce pourcentage continuera de monter au cours des deux prochaines décennies. Parallèlement, le nombre des Néo-Brunswickois de moins de 45 ans dans la population active continue de baisser, accroissant la pression exercée sur les marchés du travail de la province.

Ces réalités démographiques nous imposent de mettre l’accent sur le besoin d’une croissance économique et démographique soutenue.

La bonne nouvelle est que le Nouveau-Brunswick a connu une croissance au cours des dernières décennies. Nous avons rétréci l’écart nous séparant des autres provinces, et aujourd’hui la différence de revenu par habitant entre le Nouveau-Brunswick et la moyenne canadienne n’est que de 11 %.

Depuis 2014, les revenus hebdomadaires moyens ont augmenté de 2,7 %, comparativement à la moyenne canadienne de 1,8 %. En 2015, la croissance de la province a été la plus rapide depuis la récession et les ventes au détail ont augmenté régulièrement.

L’année 2017 a été bonne pour le Nouveau-Brunswick. Selon les prévisions du ministère des Finances, la province a atteint une croissance de 1,3 % de son PIB en 2017. L’économie devient plus forte et dépasse les attentes, avec une solide croissance dans les exportations, la construction de maisons et une hausse des dépenses des consommateurs, qui découle de l’augmentation des emplois et des revenus. Le Nouveau-Brunswick a obtenu 5 400 nouveaux emplois à temps plein en 2017, plus qu’assez pour contrebalancer la perte de 4 000 emplois à temps partiel.

Cette croissance est attribuable au dur labeur des Néo-Brunswickois et à la participation active du gouvernement provincial.

C’est un bon début, mais les Néo-Brunswickois ont besoin de plus de croissance.

Nouvelle approche pour le développement économique

Le Nouveau-Brunswick est une petite partie d’une grosse et complexe économie mondiale. Il n’est pas en concurrence qu’avec les provinces voisines pour de l’investissement, il l’est avec le monde entier.

Cela exige une nouvelle approche pour le développement économique.

En réponse à cela, votre gouvernement a créé Opportunités NB, organisme chef de file du développement économique de la province. Il a pour mandat de favoriser la croissance des industries locales axées sur l’exportation, d’attirer l’investissement commercial dans les secteurs de croissance et d’aider les nouvelles entreprises en démarrage à croître. Il est dirigé par un conseil d’administration composé de dirigeants d’affaires canadiens, dont un certain nombre du Nouveau-Brunswick.

Le Conseil de l’emploi du Nouveau-Brunswick a été mis sur pied pour mettre l’accent sur le développement économique et la création d’emplois ainsi que pour coordonner les deux. Le Secrétariat du Conseil de l’emploi est une petite équipe de professionnels qui a pour mission d’aider le Conseil de l’emploi. Le Secrétariat gérera la mise en œuvre du Plan de croissance économique du Nouveau-Brunswick et favorisera la coopération interministérielle dans le domaine du développement économique; il appuiera les politiques et programmes permettant d’améliorer les conditions de la croissance au cours des prochaines années.

Le Plan de croissance économique du Nouveau-Brunswick se concentre sur l’ouverture sur le monde pour le Nouveau-Brunswick. Le gouvernement acceptera la nature de plus en plus mondiale de l’économie et cherchera à attirer notre part mondiale d’investissement, de talents et de nouvelles idées.

Les entrepreneurs du Nouveau-Brunswick sont déterminants. Ils sont des milliers dans la province et forment la base de l’économie, depuis Campbellton jusqu’à Woodstock, depuis St. George jusqu’à Saint-Léonard. À l’aide de nos cinq piliers, nous veillerons à ce que les politiques et la programmation gouvernementales créent les conditions permettant aux entrepreneurs d’édifier des entreprises rentables. Parmi les domaines ciblés se trouvent ceux-ci :

  • Relier entrepreneurs et capital
    Cela continue d’être une source de préoccupation pour de nombreux entrepreneurs. Si le Nouveau-Brunswick est pour afficher une croissance importante, il lui faudra chaque année des investissements de capitaux nouveaux considérables. Il y a beaucoup de sources de financement, et le gouvernement fera un meilleur travail pour jumeler les entrepreneurs avec des sources privées de capitaux.
  • Relier les entrepreneurs aux services de soutien communautaires
    Un secteur de la petite entreprise sain et dynamique a accès à des mentors ainsi qu’aux conseils d’experts, et ce, pour des problèmes tels que la productivité et la compétitivité ainsi qu’à d’autres services de soutien. Dans une large mesure, cela est déjà offert, mais il y a un rôle pour le gouvernement, soit assurer une utilisation générale de ces services, afin de renforcer les économies locales.
  • Cultiver un milieu positif pour les entreprises en démarrage « gazelles » dont le potentiel de croissance est élevé
    Le gouvernement misera sur la réussite de la Fondation de l’innovation du Nouveau-Brunswick et de l’infrastructure provinciale d’incubation et d’accélération d’entreprises en démarrage, afin d’attirer des entrepreneurs plus dynamiques.
  • Encourager la planification de la relève d’entreprise
    Des milliers de propriétaires d’entreprises partiront à la retraite d’ici une dizaine d’années. Le gouvernement élaborera une stratégie pour déterminer un rôle pertinent pour lui-même, afin que, lors de cette transition générationnelle, la valeur pour l’économie soit maximisée et la base d’un avenir plus solide soit posée.

Le Plan de croissance économique du Nouveau-Brunswick comprend cinq piliers. Ceux-ci ne doivent toutefois pas devenir des silos qui fonctionnent en vase clos. Chaque pilier doit être soutenu afin qu’il atteigne nos objectifs. Chaque pilier fournit un cadre pour les politiques, programmes et stratégies à développer et à mettre en œuvre. Ils sont aussi les lentilles à l’aide desquelles les possibilités seront examinées, afin d’assurer la plus grande réussite.

Travaillant ensemble, nous réaliserons le potentiel du Nouveau-Brunswick.